Actualités

Cultiver le sentiment d'appartenance

2018-02-19

INTRODUCTION
 
Les organisations qui ont un taux de roulement important n'ont sans doute pas réussi à créer un sentiment d'appartenance fort pour leurs membres. Que l'on pense à un milieu d'apprentissage, un milieu de travail, un organisme communautaire, un club sportif ou à caractère social, les personnes qui fréquentent ces groupes sur une longue période ont besoin de s'y sentir accueillies, incluses, acceptées. Avec son code vestimentaire et ses signes distinctifs, le mouvement scout est un exemple évocateur de la création d'un solide sentiment d'appartenance. En entreprise toutefois, le concept se manifeste de façon beaucoup plus subtile, comme nous allons le voir au cours des lignes qui suivent. 
 
QU'EST-CE QUE LE SENTIMENT D'APPARTENANCE ?
 
Le sentiment d'appartenance est un état qui se manifeste au sein d'une collectivité, tout en se mesurant sur une base individuelle. Il s'agit en quelque sorte du degré d'identification et d'attachement de l'individu face à un groupe de référence (ses caractéristiques, ses valeurs). Le premier endroit où l'on peut développer ce sentiment, c'est dans notre famille, à travers un nom commun, des rituels, des traditions et des expériences partagées. En milieu de travail, il est possible de développer un fort sentiment d'appartenance même pendant un stage, un emploi étudiant ou à temps partiel, si la culture est assez forte et qu'on est en mesure de s'y sentir rapidement solidement impliqué. À l'inverse, on peut passer plus d'une décennie à temps plein dans une organisation sans jamais s'y sentir complètement intégré. 
 
Il est important de noter que la rémunération ou les conditions de travail n'ont aucune incidence sur le sentiment d'appartenance. Une personne bénévole pourrait se sentir tout à fait partie prenante d'un groupe, grâce au fait qu'elle s'y sent reconnue et qu'elle en partage les valeurs.  
 
COMMENT PEUT-ON RENFORCER LE SENTIMENT D'APPARTENANCE ?
 
À la base, pour que le sentiment d'appartenance se développe, il doit d'abord y avoir présence de contacts réguliers entre les individus, de façon à créer des liens. À travers ces contacts, les gens partagent une même réalité, des valeurs communes et parfois aussi des objectifs semblables. Cependant, le sentiment d'appartenance demeure le résultat d'une combinaison gagnante entre le contexte proposé par l'employeur et l'attitude de l'employé qui en bénéficie. 
 
Rôle de l'employeur 
 
Pour que les employés développent un sentiment d'appartenance, quelques conditions sont requises. D'abord, ils doivent avoir des occasions de se réunir et d'échanger les uns avec les autres. Ensuite, ils doivent se sentir bien dans ces interactions, se sentir importants et/ou valorisés dans leur présence ou leur contribution au groupe. Enfin, il est important que les membres du groupe se sentent fiers de faire partie de cet ensemble de personnes, soit pour l'image qu'il projette ou pour les résultats positifs qu'il engendre. 
 
Dès l'arrivée d'un nouvel employé, il est souhaitable de proposer un processus d'intégration efficace, en attitrant l'employé à un parrain ou à un coach. Cette personne transmettra plus rapidement l'histoire officielle et les caractéristiques implicites du groupe. 
 
À plus long terme, dans le but de renforcer le sentiment d'appartenance, voici une série d'activités qui peuvent être mises en place dans l'organisation :
 
  • réunions régulières (partage d'information) ;
  • réunions spéciales (ex. : lancement d'un produit, service ou programme, colloque spécialisé, soirée de reconnaissance, etc.) ;
  • activités sociales (ex. : 5 à 7, pique-nique, chorale d'entreprise) ;
  • activités de consolidation d'équipe ;
  • concours thématiques (ex. : équipe ou étage ayant les plus belles décorations de Noël, trouver un slogan pour une campagne spéciale) ;
  • contribution à une œuvre de charité ou à une levée de fonds ;
  • journal interne (ou radio ou autre moyen de communication personnalisé) ;
  • matériel promotionnel à l'effigie du groupe (ex. : chandail, casquette, tasse, crayons, mallette de transport pour ordinateur, etc. avec logo de l'entreprise et/ou slogan rassembleur). 
 
Rôle de l'employé 
 
Une personne peut être exposée à un ensemble d'initiatives de son employeur et ne pas développer son sentiment d'appartenance. Pour que cela fonctionne bien, l'employé doit éviter de rester dans sa coquille. Certains comportements sont donc souhaitables de la part de l'employé :
  • participer aux activités ;
  • passer du temps de pause en compagnie de ses coéquipiers ;
  • utiliser fièrement le matériel corporatif ;
  • adhérer aux valeurs organisationnelles ;
  • parler en bien de l'entreprise en dehors du travail.
 
De plus, certaines caractéristiques personnelles favoriseraient le développement du sentiment d'appartenance, soit : le désir de se réaliser professionnellement, le sens des responsabilités et l'estime de soi. Des éléments qui, selon Dubois et Dubois (2006), sont intimement liés à la maturité émotionnelle. Par conséquent, ces mêmes auteurs stipulent qu'une certaine proportion du personnel dans les organisations serait intrinsèquement incapable de développer un fort sentiment d'appartenance à l'organisation, et ce, malgré tous les efforts déployés par l'employeur.
 
QUELS SONT LES AVANTAGES D'UN FORT SENTIMENT D'APPARTENANCE ?
 
Lorsque le sentiment d'appartenance est marqué, les employés sont davantage enclins à donner le meilleur d'eux-mêmes à l'organisation. L'employé qui est heureux au travail et s'y sent presque comme si c'était son entreprise sera davantage enclin à trouver des solutions proactives et productives aux difficultés rencontrées. Le degré du sentiment d'appartenance serait aussi fortement corrélé avec le degré d'engagement, la mobilisation et le rendement.  
 
Les employés qui se sentent partie prenante de leur milieu de travail bénéficient d'une meilleure qualité de vie et d'une plus grande satisfaction sur le plan professionnel. Ils bénéficient d'un réseau social plus fort qui peut aussi améliorer leur résilience face aux difficultés rencontrées sur leur parcours. De plus, ils sont plus susceptibles de devenir de bons ambassadeurs pour parler en bien de l'organisation pour laquelle ils travaillent, un atout intéressant en matière d'attraction et de recrutement des ressources. 
 
CONCLUSION
 
Plusieurs entreprises parmi les plus performantes au Québec sont reconnues pour la force du sentiment d'appartenance créé chez leurs employés. À titre d'exemple, notons la fierté des travailleurs du Mouvement Desjardins, dont on dit qu'ils ont « le sang vert » et ceux chez Bombardier, qui auraient quant à eux « le sang jaune ». Sans nécessairement espérer que les employés se fassent tatouer le logo de l'entreprise sur le corps, il est souhaitable de viser un certain degré de fierté à évoluer au sein d'une organisation. Son succès et sa pérennité pourraient en dépendre.  
 
 
Guylaine Deschênes, Ph.D., CRHA, psychologue organisationnelle
 
 
 
Références :
 
Dubois, Pierre-Alain et Dubois, Pierre, Faire les bons choix : sélectionner un personnel capable de s’engager envers l’organisation, Effectif,  volume 9, numéro 3, juin/juillet/août 2006.
 
SAMSON, Alain, La perle rare : la trouver, la garder, Les Éditions Transcontinental, 2004, 152 p.
 
SUTTER, Pierre-Éric, Évaluer le sentiment d'appartenance au travail (à partir d’une étude de cas), Blog Mars-Lab, novembre 2012.